Alternine: 2.0

a2770634735_10Originaire de Rennes, Alternine nous présentait en juin 2013 son EP « 2.0 ».
Composé par Laetitia Jéhanno (chant), Julien Névo (basse et guitare), Benoit Toquet (guitare), Maxime Pouteau (guitare) et Jean-Félix Haubois (batterie / Robin Tixier-Bagot sur l’EP), le groupe s’illustre dans un registre pour le moins rock. Et pourtant coller une étiquette à leur univers musical s’avère compliqué, le mieux est encore d’écouter leur production.

Cet EP de cinq titres s’ouvre sur « Crystal Shards ». Des sonorités, un rock pétillants parviennent jusqu’à nos oreilles. Dans l’ensemble, la mélodie est assez répétitive avec un fil que l’on suit tout le long mais auquel des éléments viennent se greffer. Se créait un vrai échange avec la voix, une voix mise en valeur par les instruments qui semble avoir une force naturelle. Une ambiance pour le moins puissante.
Changement d’ambiance avec « 
Beneath The Sun ». Nouveau décor, avec un écho de la culture rock américaine. Tout s’assemble bien, et la voix est une nouvelle fois remarquable.
Et elle le sera encore dans « 
Hollow ». Le titre délivre une mélodie assez futuriste, très « robotisée», avec des parties instrumentales qui sont presque relaxantes. Un morceau toujours placé sous le signe de la performance et la puissance.
On retrouvera ce même aspect dans « 
Salvya ». Donc pas de réelle surprise, en dehors peut-être d’une mélodie un peu plus scintillante, variée également.
Finalement, c’est dans le dernier titre « 
Dead on time » qu’on aura quelque chose de plus équilibré, moins lourd et pesant. Un bon morceau pour terminer, et il y aurait pu en avoir un deuxième au milieu de l’EP peut-être pour faire une pause dans cette atmosphère qui nous happe et qui ne lâche rien.

Un EP qui offre de l’inattendu par rapport à la pochette. Une pochette plutôt féerique, aérienne alors que le contenu est pour le moins musclé avec une voix très puissante (une fois encore) que les mélodies savent tout de même alléger. Un ensemble bien travaillé, maîtrisé, trop peut-être justement qui pourrait gagner en spontanéité. Mais « 2.0 » reste un bel opus qui nous montre tout le potentiel d’Alternine qui avec générosité nous font découvrir leur univers musical décidément pas banal.

 
 
 
Publicités