Seb Zerah : Nothing like a dream

10620396_555361624570468_2240679850061546278_o

Dans un monde à la croisée de la pop, de la folk et du rock, nous avons rencontré Seb Zerah et son album treize titres. Tout droit venu de Mayenne, Seb est un auteur, compositeur et interprète et nous propose sa production « Nothing like a dream » réalisée en 2013. Le lecteur cd enclenché, nous partons avec l’artiste.

L’album s’ouvre avec « Everybody knows » et dès lors, des sonorités très folk, dansantes et entraînantes parviennent à nos oreilles avec de la guitare, des percussions et un harmonica qui les rejoindra de temps en temps. L’ensemble est très joli, bien construit. La voix est douce, agréable et naturelle et délivre un texte en anglais assez compréhensible. Elle est renforcée dans les refrains par une autre voix ce qui rend vraiment bien et ces derniers restent dans nos têtes.
« Nothing last forever » est le second titre de l’album. Quelques délicates notes de guitares se font entendre. C’est léger, aérien et harmonieux, le tout rejoint par des percussions toute en finesse. Il y a une belle variation dans la mélodie avec des ajouts de sonorités, et cela reste très dansant.
On continuera de danser avec « I’m still fine ». Le morceau est plus rythmé, avec une batterie (a priori), ça reste folk mais on retrouve de la pop, il y a alternance entre les deux. C’est entraînant, ça nous porte et c’est plein de positivité, de rêves. Nous retrouvons également l’harmonica qui apporte cette touche en plus.
« Giant wings » nous ramène à une mélodie plus douce et relativement classique. C’est très poétique. Les passages à deux voix permettent l’arrivée progressive de la montée en puissance due aux percussions et à l’harmonica. Mais la voix reste très délicate et nous emporte avec elle. C’est une belle balade dans l’univers de l’artiste.
On retrouvera ce genre de construction un peu plus loin dans l’album avec « Homeboy » (7ème titre), où là aussi nous avons un début assez classique où le rythme s’intensifie par moment, avec notamment l’intervention d’une guitare électrique et son solo. Sur ce titre, la voix semble cependant plus en arrière, comme fragile et cela rend très bien.
Mais avant cela, deux autres titres se révèlent bien plus entraînants. Tout d’abord, « Rabbit from Easter » avec cette impression de folk-rock (comme dans « I’m still fine »). On retrouve l’harmonica également et la voix n’a plus qu’à faire le reste. Nous, nous fermons simplement les yeux et nous voyageons au grès des sonorités. Il en est de même pour « I can’t fine away » où là encore le rythme est entraînant avec cette superbe variation de la mélodie sur la fin, due à la guitare électrique qui s’invite.
Elle reste d’ailleurs un peu avec nous, puisque nous la retrouvons dans « Drive out » (proposée également en version acoustique à la fin de l’album). Les sonorités sont plus électriques, avec un rythme pop. C’est un titre simple mais efficace. On gardera cet esprit pop-rock d’ailleurs avec « When the sunrine keeps my soul » où il y aura plein de choses à entendre dans l’instrumentale, un bon rythme et de belles sonorités.
En revanche, « Bleed », le neuvième titre, est un morceau bien plus folk même s’il reste entraînant, avec une bonne construction qui alterne entre le duo guitare-percussions et guitare solo (et l’harmonica en bonus). « Lost in my own side » dévoile une mélodie lumineuse et légère au son d’un arpège. Il y a comme une sensation de tourbillon avec cette répétition de la mélodie et contrairement à ce que pourrait laisser penser le titre, la mélodie en elle-même n’est pas réellement triste mais elle incite plutôt à la divagation.
« No return » est le dernier réel morceau de l’album (le dernier étant la version acoustique de « Drive out »). Des sonorités acoustiques, puis des percussions. C’est un bon morceau, assez complet et harmonieux. Il se fait également très entraînant de par sa variation pop.

Alors qu’allons-nous retenir de cet album finalement ? Seb Zerah nous propose là une belle œuvre dans laquelle il nous invite à découvrir tout un panel de sonorités et d’émotions. De la positivité aux moments plus nostalgiques, cet album semble assez intimiste et nous voyageons avec son auteur.
Un très bel album et un artiste talentueux à découvrir !

(d’autres titres disponibles sur son soundcloud)

Publicités