Hubrecht: sensibilité, poésie et intensité.

artworks-000061011126-72s2p8-t500x500Auteur-compositeur-interprète, Matthieu Hubrecht puise son inspiration aussi bien dans la musique que dans la littérature. C’est son univers musical que l’artiste nous invite parcourir à travers son EP « Les gondoles bleues ». Une production de 4 titres dans laquelle se mêlent sensibilité, poésie et intensité.

L’opus nous débarque à « Paris ». Dès lors, des sonorités classiques d’une guitare acoustique nous parviennent, accompagnées d’une voix entre force et fragilité qui transmet de belles émotions. Puis, se joint un autre instrument qui vient s’intercaler donnant un peu plus de relief mais empiétant parfois sur la clarté de la voix. On remarque également la jolie plume de l’auteur qu’est Matthieu Hubrecht.
« Reprends ta féérie » est le second titre. Il laisse place à un petit arpège très efficace en guise de prologue. C’est une chanson relativement posée qui connaît une cassure avec l’arrivée de la guitare électrique et une certaine intensité. On écoute attentivement ce qu’il chante et cela nous interpelle.
Le troisième titre « Les gondoles bleues » illustre parfaitement la simplicité et la beauté de l’album. On retrouve cette guitare acoustique et cette voix, et bien sur, ce travail d’écriture remarquable avec des textes qui communiquent beaucoup de choses.
C’est avec « Perce Neige » que se ferme cet EP. La mélodie est douce avec une pointe de luminosité par rapport au reste de l’album. En revanche les paroles restent plutôt nostalgiques et la voix pose parfaitement cette ambiance. De quoi finir quand même sur une bonne note.

Alors que retenir de cet EP finalement ? Quatre titres c’est toujours court pour se faire une idée complète sur un artiste. Mais déjà, on retrouve dans cette production de très belles choses. Ressort bien évidemment un réel talent d’auteur, et Matthieu Hubrecht sait comment mettre simplement en avant ses textes avec une mélodie à la hauteur de leur sensibilité et leur fragilité. On regrette seulement que le ton soit trop intense parfois, certes apportant de l’émotion, mais donnant peut-être une sensation de sur-jeu, pas réellement dérangeante. Un très bel univers à découvrir !

Publicités