Chaleur, ambiance et Tchav’ Project

Vous voulez quelque chose de cool à faire à la rentrée ? Eh bien par exemple, vous pouvez essayer d’impressionner
 vos amis en leur faisant partager vos découvertes musicales de l’été. Alors bien sûr, parmi toutes les formations émergentes fleurissant dans l’hexagone, il en faut une qui soit vraiment sympa. Et dont vous êtes quasi sûr que vos amis apprécieront. Vous pouvez tenter votre chance avec la Tchav’ Project.

3610150960290_600 

La Tchav’ Project est un nom qui peut vous laisser perplexe. A moins que vous ne soyez Lorrain. Car dans notre bonne région, « tchav » évoque l’idée de partir. Et en écoutant la musique du groupe, on pense plutôt à un voyage vers les pays manouches. C’est justement de là que vient le mot à l’origine. Aller loin pour faire partager sa musique au plus grand nombre dans la joie et la bonne humeur. C’est un peu comme cela que l’on pourrait résumer la philosophie de la Tchav’ Project.

S’ils ont basé leur groupe à Nancy, Guiz, Toum et Piou viennent tout d’abord des Vosges. Ils sont donc bien placés pour savoir quel genre de musique on aime écouter quand on veut boire un verre entre amis et passer une bonne soirée tranquillement à plaisanter et parler de tout et de rien. Le trio a d’abord fait partie de la formation Madame Est Trop Bonne durant quelques années avant de réduire l’effectif et de fonder la Tchav’ Project. Et la Tchav’ Project est avant tout un projet pour se faire plaisir. Mais pas seulement. Car derrière cette atmosphère bon enfant, le groupe a plein de choses à raconter. Et comme plein d’autres, il le fait en musique. En Français la plupart du temps, mais aussi de temps en temps en Anglais. Il faut d’ailleurs avouer qu’il y a encore du progrès à faire sur l’accent. Mais Piou s’en fiche comme de ses premières chaussettes. Car avec la Tchav’ Project, on n’est pas là pour se prendre la tête.

Les acolytes ont chacun des goûts musicaux différents, c’est ce qui donne l’unicité et l’originalité de leur musique. On se retrouve avec l’ambiance festive et conviviale des fanfares. Les titres sont enrobés de sonorité manouches. Les arrangements électroniques apportent la touche de modernité tandis que des rythmes ska et hip hop s’entremêlent. Une quantité d’instruments se frottent les uns aux autres, le tout emmené par la jolie voix de Piou. Un mélange complexe témoignant du travail réalisé par les garçons.

 

Une musique ensoleillée groovant avec insouciance. C’est ce que vous retrouverez sur Le p’tit, le costaud et l’ablette, le premier album du groupe. Onze titres à écouter lors de votre coup de mou du jour de la rentrée.

Suivez la bande sur Facebook.

Ecoutez l’album sur Deezer.

Publicités