Zlew is Dead Music: quand le 20ième siècle rencontre le 21ième

zidmZlew is Dead Music, c’est aussi le nom d’un blog musical, mais surtout ici le pseudo d’un artiste. Originaire de Paris, ce jeune musicien nous propose de découvrir son univers musical à travers un bel EP de quatre titres intitulé « This Is Not Porn But It Somehow Kind Of Deals With It At Some Point ». Un opus intéressant où rock indie, classique et électro se rencontrent.

« Cat’s Eyes » propose dès l’intro tout un panel de sonorités. Il y a un rock pop très fin et une mélodie plus folk électrique qui s’assemblent très bien. Rien de monotone, c’est mélodieux et harmonieux. Résonne comme rock’n roll conservateur des années 60 avec pourtant un écho très moderne. La mélodie évolue doucement mais sûrement, c’est très riche, presque poétique, avec diverses variations. Des ajouts psychédéliques arrivent sur la fin, inattendus, pour finalement terminer sur une partie instrumentale tout bonnement géniale.
« Aphrodisiaque » ça swingue, ça groove, c’est psyché en même temps. La voix s’occupe du reste. Là encore, il y a plein de petites choses par ci par là. Les morceaux sont longs mais on ne s’ennuie pas. Toute la partie instrumentale est une fois de plus géante, très entraînante. Nous ne sommes plus dans les années 60 mais dans les années 1980-1990, sa musique est un voyage à travers le temps avec quelque chose de visionnaire en plus.
Un « Interlude » s’invite, il passe, bien, juste à sa place.
« People Get Bored » signe le retour au rock un peu hypnotique, avec des effets résonnants mais calmes. Puis mine de rien ça évolue en tout autre chose. Ça s’entremêlent, tout se mélangent, à en perdre la tête. Sa musique exprime bien l’esprit du titre pour le coup, non pas qu’on s’ennuie loin de là, mais la répétition de la mélodie représente bien la routine.
Pour fermer son EP, l’artiste nous soumet la version française d’« Aphrodisiaque ». Le français ne donne pas la même dimension au titre que l’anglais. En anglais c’était assez exotique, là en français c’est plus cosmique. Les deux versions sont à garder.
Sur l’ensemble du quatre titres la voix est sympathique. Elle se calque bien sur les morceaux, elle est faites pour cette musique.

Ce qui frappe quand on écoute l’EP c’est cette pureté et cette simplicité que représente son talent. Il fait tout lui-même et le rendu est plutôt bon. Il nous offre différentes visions du rock qu’on connaît déjà bien, auxquelles il ajoute son petit plus. Le genre de travail que nous aimons et que nous ne pouvons que féliciter et encourager.

Publicités