Le blues rock dans la peau

En ce jeudi 16 mai, the place to be était le Totem. Cette petite salle de concert située à Maxéville (à côté de Nancy) est un lieu culturellement riche et original.  Et la bonne musique est au rendez-vous. La preuve avec les deux groupes de la soirée programmés : Hoboken Division et The Experimental Tropic Blues Band. Deux noms promettant une pure soirée entre blues et garage rock.totem

Et ce sont les Nancéiens qui ouvrent le show. Si l’EP des Hoboken Division était une petite merveille, le rendu en live est encore plus génial. Marie et Mathieu ont la musique dans la peau. Ce sont des artistes formidables qui, à eux deux, parviennent à affoler nos oreilles. Boîte à rythme, guitare, basse, harmonica, les deux amis sont doués et se donnent à fond du début à la fin. Marie a une belle pêche et sort d’elle une voix superbe et puissante. Quant à Mathieu, il nous balance avec force un mur de riffs crades à la figure. Il les répète encore et encore jusqu’à ce que tout notre corps vibre au même rythme. Que ce soient leurs compos perso ou des reprises, le duo maitrise sa setlist à la perfection. Leur son est fascinant et hypnotisant. L’atmosphère va de la rage à la tension. On est immanquablement emporté. La pression, l’ambiance endiablée ou plus intimiste, les Hoboken nous font passer par plusieurs émotions et c’est là que réside une part de leur talent. S’ils sont peu bavards, les deux sont souriants et font preuve de complicité. Ils sont descendus auprès du public pendant leur dernier morceau. Le show se termine d’ailleurs bien trop vite, on pourrait les regarder toute la nuit.

Heureusement, les Belges de The Experimental Tropic Blues Band vont tout autant nous emballer par la suite. Le but du trio semble être de faire exploser les amplis en jouant le plus vite et le plus fort possible. Tout comme leurs prédécesseurs, leur son est teinté d’influences américaines. Là encore, le son encrassé est au rendez-vous. Deux guitares, une batterie ou un harmonica, et c’est parti pour une ambiance survoltée. La saturation est au maximum et ne s’arrête jamais. L’atmosphère est électrique, délirante et endiablée. Ça casse les oreilles, mais, c’est ça qui est bon. L’énergie déborde  de toutes parts. Dirty Coq, le chanteur est complètement déjanté et va fréquemment dans le public pour le faire danser. Les riffs cinglants sont à couper le souffle tant on est pris dans le tumulte. Les Belges font de l’humour et parlent avec dérision de la réputation qu’ils ont dans notre pays. Le groupe nous offre un rappel, et, pour faire dans l’absurde jusqu’au bout, ce n’est pas à un lancer de baguettes ou de médiators que l’on a eu droit à la fin, mais de bonbons.

La soirée a été plutôt bruyante, mais on en ressort les oreilles purifiées. Un concert pareil, cela fait vraiment du bien. Une petite escapade teinté de rock, de blues et d’Amérique, le tout avec un effet pas toujours très propre, mais tellement délicieux, que demander de mieux ?

http://www.hobokendivision.com/

http://www.tropicbluesband.com/

Publicités