Pilöt kidz: enfants du mouvement pop/rock/electro, pilotes de leur univers musical

pk

Pilöt kidz sortait en mars dernier son opus « Walking In Röws« . Un album de douze titres que le trio parisien a placé sous le signe de l’electro-pop principalement mais que Thomas, Antoine et Benjamin savent decliner en rock ou punk.

C’est avec le titre « Sunshine » que nous entrons dans leur univers musical. Une ambiance légère s’installe, une jolie voix douce féminine donne une belle dimension au titre. Il y a plein de choses à entendre, des tonalités qui pétillent, l’ensemble est cosmique, psychédélique en restant très simple.
Le second morceau « YSL » est assez répétitif dans sa composition mais c’est une bonne chose. La musique nous bouscule, il y a un truc année 80 mais très moderne en même temps dans le style plus pop-rock. La voix reste vraiment sympathique avec un côté enfantin mais sensuel.
Troisième titre et encore une nouvelle facette de leur univers. « Walking In Röws » c’est assez expérimental avec quelque chose d’urbain. L’ensemble est très agréable à écouter, on a comme l’impression de regarder un film. La progression mélodique est intéressante et intrigante. C’est frais, les percussions apportent du peps, les effets sont hypnotiques, le morceau est travaillé et totalement exploité, il y a vraiment de la recherche.
« Golgotha Mikojet » degage elle aussi quelque chose de singulier. L’ensemble est harmonieux, lyrique. Là encore plein de choses à entendre quand on se laisse entraîner, jusqu’à une fin tout simplement magnifique.
Sixième titre « Pollo Loco » et les Pilöt kidz sont tout aussi créatifs et inventifs. La mélodie est plus agressive mais mystérieuse, la voix se fait douce et effacée comme criarde et affirmée. Nous voici déjà à la moitié de l’album et on se demande ce que nous réserve la seconde partie.
« Smile » ne nous déçoit pas. Ce septième morceau s’ouvre sur un effet de distorsion puis on arrive sur une mélodie piano. L’ensemble est enivrant, sensuel, harmonieux, et il y a presque un côté jazz.
Le huitième titre « Summer Camp » nous renvoie dans un univers pop-electro où se jouent de belles variations pour une envolée musicale assurée.
Dépaysement total avec « Big Daddy’s rocket field« , un neuvième titre agité avec des effets échos sur la voix. La mélodie révèle des tonalités hip-hop, rap qui évoluent aussi en punk, electro pour des sons qui dépassent parfois l’entendement.
Il restera ce petit quelque chose de groove avec des touches electro bien placées dans « Pink Show« . Pour la suite, les Pilöt kidz nous proposent un « Pink Slow« . L’ambiance est plus sombre et sobre avec un piano-voix qui prédomine. La lenteur est de rigueur, là encore c’est très joli et harmonieux.
Finalement, c’est avec « Keep Me Inside » que se ferme cet album. Un titre qui sait se faire remarquer lui aussi, léger et lourd à la fois, agressif, agité, exagéré et provocant à souhait pour finir par une douceur exaltée. Un subtile mélange jazz, swing et electro.

En résumé, le talent et la créativité ne manquent pas aux Pilöt kidz. Ils nous proposent un bel univers musical bien à eux dans lequel ils nous embarquent et nous communiquent leurs émotions. Les musiciens nous font vivre leur opus et montre toute l’étendue de leur maîtrise avec des morceaux justement dosés.
Très bel LP qui prouve une fois de plus que les jeunes groupes aussi ont leur place sur la toile avec les grands.

Publicités