Play Me, le jeu electro-rock

Play Me

Il y a un peu moins d’un mois, le groupe lyonnais nous présentait son premier EP intitulé « Draw The Line ». A travers les cinq titres qui composent cet opus,  Brice Milliat (chant , guitare, piano) , Martin Di Rollo (basse, machines, chant) et Samuel Moisset (batterie) distillent des sonorités dansantes entre pop et électro-rock, vigoureusement modernisées.

Et c’est avec « Light Out » que nous commençons notre écoute. Une basse nous invite dans leur univers, progressivement plusieurs éléments viennent se greffer et nous offrent une mélodie  intéressante, rythmée et variée. Tout au long de ce morceau, coloré et pétillant, de nombreux effets synthétiques se font entendre, notamment sur la voix qui reste, cependant, très sympathique. Le trio nous interpelle et nous hypnotise. Sur « D.T.L », le groupe mise sur un rock plus prononcé et plus agressif à la sauce Shaka Ponk, qui frôle, malheureusement parfois, la saturation alors que certains passages instrumentaux donnent du cachet au morceau, dans une ambiance survoltée et frénétique. Puis sans transition, nous sommes directement attirés par la troisième : « A hard-nosed woman » (une femme impitoyable, en français). Le groupe fait monter la température au fil des ajouts délicats présents dans la construction de cette chanson. Plus pop-rock et loin d’être agressive comme la précédente, on retrouve quelque chose d’assez sensuel avec les voix et les instruments qui s’enlacent et s’éternisent. On continue notre écoute avec « Way Above », un condensé des trois premiers titres avec une pincée de rock psychédélique, un zeste d’effets électroniques pour la dynamique, et un soupçon de pop entrainante. Un mélange détonnant en somme. On finit avec un remix de la chanson « Botch » qui reste dans la lignée de « Way Above ». Cependant, nous nous égarons dans  la multitude de variations et n’avons pas le temps d’apprécier comme il se doit chaque bribe musicale composant ce morceau. Peut-être est-ce le fait d’avoir pris le mot « remix », trop au premier degré ?

Finalement, cet EP semble être plutôt contrasté. Bien que dans l’ensemble, les trois musiciens maitrisent ce qu’ils font et nous livrent un premier opus plutôt bon, en conservant un côté kitch et rétro remis aux goûts du jour, l’effet de surprise n’est pas au rendez-vous. Les mélodies sont travaillées mais elles manquent légèrement d’audaces. Le groupe devrait tenter d’aller au-delà de ses acquis en expérimentant de nouvelles sonorités, plus inattendues voire post-moderne afin de se démarquer dans l’univers « électro-rock ».  En attendant leur premier album qui est en cours de préparation, nous leur souhaitons une bonne continuation.

Retrouvez Play Me sur : http://playme-official.com/

Ils sont également en concert au Printemps de Bourges, le 26 et 27 avril (scène du Berry)

Publicités