Dead Stereo Boots, le rock de la chaude Amérique.

Certains groupes arrivent à vous mettre dans tous vos états grâce à leur musique. C’est le cas de Dead Stereo Boots. Prendre possession de vos sens et de votre esprit, ils savent très bien le faire avec un rock n’ roll qui sent bon la crasse et les gros riffs.

479105_289174317837974_1451621740_o

Rodger (chant/guitare) et Daron (batterie) ont lancé cette aventure à deux en 2011. Ce duo s’ajoute à la liste des petites perles débarquant de Lorraine. Dead Stereo Boots c’est le rock péchu de la chaude Amérique. Cette Amérique qui décide de faire une pause par un après-midi caniculaire. Cette Amérique préfèrant aller se poser sur un canapé dans un vieux bar à l’atmosphère moite, à côté d’un vieux jukebox, une bière à la main, pour ne plus penser à rien.

Car c’est cet état d’esprit que procure le delta rock garage du duo. Leur premier EP DSB#01  nous emmène dans un coin reculé, loin, très loin de toute musique commerciale et artificielle. Un  univers où plus rien n’existe, sauf le rock brut et dur. Entre un son ténébreux et une voix écorchée (« My Bruise »), des riffs pétillants presque pop (« Sun Is Blue ») et une ambiance dansante enfumée (« Wonder Why Man »), les complices conquièrent nos oreilles avec succès en seulement trois titres. Ils séduisent par leur simplicité et leur volonté. Ils mettent de la jeunesse dans une musique aux influences seventies.

Si le nombre de titres vous laisse sur votre fin, réjouissez-vous, car Broken Stereo Love, un nouvel EP, arrive en mars. « Honey » en est le premier extrait et est en écoute ici. Les riffs sont toujours aussi nerveux et on détecte une touche de blues rock. Rodger a revu sa façon de chanter qui est à présent encore plus séduisante. Un titre très alléchant mettant l’eau à la bouche.

En plus d’avoir la classe avec leurs chemises et leurs lunettes de soleil vintage, Rodger et Daron maîtrisent et croient en ce qu’ils font. On ne peut que s’incliner devant eux. Encore une formation sur laquelle il va falloir se pencher très attentivement. Quand le duo le souhaitera, il pourra sans hésiter acheter ses billets d’avion et partir faire sa propre conquête de l’Ouest. Car là-bas, rien ni personne ne résistera aux ravages qu’ils sont capables de faire. Mais pour le moment gardons-les chez nous, il ne faut pas laisser de tels talents nous filer entre les doigts!

Suivez-les sur Facebook!

Publicités